Catégories
Adrian Farid Non classé Thomas

Les communs numériques

Qu’est-ce qu’un commun?


Un commun désigne une ressource produite et/ou entretenue collectivement par une communauté d’acteurs hétérogènes, et gouvernée par des règles qui lui assurent son caractère collectif et partagé. Il est dit numérique lorsque la ressource est dématérialisée : logiciel, base de données, contenu numérique (texte, image, vidéo et/ou son), etc…
Le bien commun concerne toutes les ressources (système et unités) en accès partagé gérée de manière auto-organisée par une communauté en vue de garantir l’intégrité de la ressource dans le temps. Le bien commun numérique recense toutes les ressources numériques (système et unité) au régime de propriété partagé, dont la gouvernance est participative et qui sert à son enrichissement. Comme communs numériques, on peut citer Linux, Wikipédia et Firefox.

Plusieurs notions de biens communs :

    Il différencie 4 types de commun(s) :

Le commun : L’accès aux ressources en partage de façon équitable.

Un commun, pour chaque ensemble de règle d’accès et d’usage qui incarne le commun.

Des communs, instances de ressources en partage où est appliqué un commun déterminé par la quatrième catégorie.

Des communautés, l’ensemble des acteurs de ces communs. Les objets numériques sont ainsi qualifiables de communs à la condition de respecter un commun. Les différents types :

  • Premier type  : Le bien commun
    • Par nature (arbres d’une forêt, l’air)
    • Institués ( Les zones environnementales protégées)
    • Bien commun numérique (Photos sous licences, Creative Common)
  • Deuxième type  : Le commun
    • Le commun (ex : système d’irrigation (système) et l’eau (unité))
    • Le commun numérique (ex : Wikipedia)
  • Troisième type  : Le Commun commoning
    • ex: Coopératives

Quelques dates de création de logiciels Open Source :

1991 –> Création de Linux (Famille de système d’exploitation)

1995 –> Créations d’Apache (Créations pour serveurs web )

2001 –> Création de Wikipédia (encyclopédie en ligne)

2004 –> Création d’OpenStreetMap (Projet de cartographie)

Lien vers un ouvrage intéressante sur le sujet : le livre « Vers une République du lien commun ».

Des jardins partagés aux logiciels libres, des encyclopédies en ligne aux recycleries installées dans les quartiers des villes ou dans les campagnes, les «communs» semblent essaimer partout. Mais pourquoi ce succès ? Et comment expliquer cet essor ?

Cet ouvrage montre comment nous sommes entrés dans une phase nouvelle, celle de l’enracinement des communs dans la société, de leur extension à des domaines sans cesse élargis de la vie sociale et de leur pérennisation dans le temps. Car les auteurs partagent cette conviction : le commun n’est pas destiné à venir compenser les déficiences d’un monde capitaliste et marchand. Instrument d’une citoyenneté refondée, le commun comme les hybrides auxquels il ne peut manquer de donner lieu (mutuelles de travail, coopératives «ouvertes», plateformes numériques, etc.) ont vocation à se déployer comme formes économiques majeures, au service du bien commun.

En tirant parti de l’expérience mutualiste, coopérative et associative, ce livre s’efforce de penser dès aujourd’hui la connexion et la coopération entre communs pour aider à ce que cet avenir se réalise. Si l’on veut échapper à l’enfermement des communs dans un monde fait d’îlots séparés, il faut d’emblée envisager les relations des communs à l’entreprise, à la ville, au territoire, à l’action citoyenne, et commencer à préfigurer et à anticiper dans la pensée comme dans l’action ce que pourrait être une république des communs.

Catégories
Carole Mathieu Non classé

L’inclusion Numérique

La définition de l’inclusion numérique

L’inclusion numérique (ou e-inclusion) est un processus qui vise à rendre le numérique accessible à chaque individu et à lui transmettre les compétences numériques qui seront un levier de son inclusion sociale et économique. (Définition complète ici). En d’autres termes, c’est permettre à chacun.e d’exploiter toute ressource numérique en fonction de ses besoins, de ses envies et de ses capacités en ayant accès aux outils numériques et à internet, en sachant utiliser et maîtriser ces outils et en étant capable de porter un regard critique sur les technologies numériques.


L’inclusion numérique en quelques dates :
La prise de conscience d’une fracture numérique s’est faite dans les années 2000 dans les pays développés avec l’explosion d’Internet.
En  2004, la  commission européenne crée la Charte européenne pour l’inclusion numérique et sociale et reconnait le rôle important des technologies dans la vie des individus : l’accès à l’emploi & à la formation, la culture & les apprentissages, l’éloignement géographique…
En 2015, en France, l’Agence du Numérique est créée pour faire converger les actions de l’Etat relatives au numérique et faire face à la problématique de la fracture numérique.
Le plan d’inclusion numérique tel que nous le connaissons aujourd’hui, est mis en place en 2017.  > lien vers plan national
Pour en savoir plus : lien direct


Un plan numérique au niveau national :

les chiffres de l’exclusion numérique source Ministère Cohésion sociale

Les Echos publie un article Les oubliés du numérique, un défi pour l’Etat > article en ligne


La Stratégie Nationale pour un Numérique inclusif prévoit d’accompagner vers l’autonomie les personnes en difficulté, d’outiller les aidants et de soutenir le déploiement d’actions locales efficaces et cohérentes par les collectivités locales notamment au travers de dispositifs tels que le « Pass Numérique » et le Label Numérique Inclusif (pour  en savoir plus ici).
Autre aspect de cette stratégie d’Etat, le plan numérique national. Il propose des outils et initiatives sur les enjeux suivants :Les oubliés du numérique, un défi pour l’Etat

  • détecter les publics, les accompagner dans leurs démarches et outiller les aidants numériques ;
  • les orienter pour les rendre autonomes : permettre aux aidants de diriger les publics vers des lieux adaptés de médiation et d’accompagnement grâce au déploiement du « pass numérique » ;
  • consolider les acteurs qui forment au numérique en mobilisant la coopérative nationale La MedNum et en initiant l’émergence de structures têtes de réseau de taille critique en appui des collectivités et des acteurs locaux ;
  • outiller et soutenir l’élaboration par les territoires de stratégies locales d’inclusion numérique. 

C’est aujourd’hui, 10 000 lieux de médiation pour accompagner chacun dans l’apprentissage du numérique En France, il existe environ 10 000 lieux de médiation numérique pour :

  • faire ses démarches administratives en ligne ;
  • se connecter à des ordinateurs, tablettes ou liseuses en libre accès ;
  • en tant que parent, trouver de l’aide pour accompagner ses enfants à surfer sur internet en toute sécurité ;
  • trouver conseil auprès de la CNIL ;
  • se former à distance (e-learning, MOOC) ;
  • passer des formations certifiantes (PIX, TOSA…) ;
  • faire des achats en ligne ;
  • mener des actions socioculturelles ou d’éducation populaire ;
  • découvrir la robotique ou encore la programmation informatique ;
  • explorer les données ;
  • réfléchir aux usages…

L’inclusion numérique est un enjeu de notre temps dont les besoins et l’urgence se sont révélés au plus grand nombre lors du premier confinement dû à l’épidémie de COVID 19. L’un des acteurs majeurs de cette adaptation sera donc le Conseiller Médiateur Numérique dont le domaine de compétences regroupera toutes les solutions liées à cette problématique (présentation du métier de médiateur numérique – Arsenic) :

Pour en savoir plus :

• sur l’action du gouvernement

L’inclusion numérique

Ministère de la cohésion sociale

La médiation numérique


• Sur les actions locales : 

Les espaces de pratiques numériques.

Sources :

https://www.saint-etienne.fr/saint%C3%A9-vous/association/epn-espace-public-num%C3%A9rique

https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/

Catégories
Non classé

Bienvenue sur le portfolio des stagiaires de la Formation CMN

Ce site a pour objectifs de permettre à chaque stagiaire de manipuler un CMS, de formaliser à l’écrit leur apprentissage et de créer un lieux ressources permettant de mettre en avant leur compétences et savoir faire.

L’ergonomie et le design du site sera amené à évoluer au fil des apprentissages du groupe de stagiaires.