Catégories
Non classé

La recherche d’emploi à l’ère du numérique

CONTEXTE :
Fatima, 23 ans, jeune diplômée en Master en Ressources Humaines veut s’améliorer dans sa recherche d’emploi.
Elle exprime des lacunes dans l’utilisation du numérique pour les recherches d’emploi.
On va la questionner pour cerner les pistes d’amélioration :

  • a-t-elle une adresse mail pro ? (pas de fantaisies pour un poste de RH)
  • est-elle inscrite sur Pole Emploi ?
  • quelles sont ses techniques de recherche d’emploi ?

OBJECTIFS :
Pistes d’amélioration :

  • Mieux prendre en main le site de Pole Emploi .
  • L’informer sur l’existence de l’emploi store et de ses possibilités.
  • Réfléchir à son identité numérique (e-branding et contenus de ses réseaux sociaux existants, vérifier si pas de photos ou informations compromettantes dans la recherche de son emploi, expliquer la possibilité de faire des demandes de suppression de contenu ou d’identification).
  • S’inscrire sur LinkedIn si pas de compte et apprendre à utiliser, optimiser et gérer efficacement son compte.

ACCOMPAGNEMENT ET DÉROULÉ DE L’ACTION

Identité numérique :

  • Création du mail professionnel.
  • Reprise des réseaux sociaux existants.
  • Tri des images, photos, contenus hors cadre professionnel, démarches de déréférencement.
  • Travailler son e-branding.


LinkedIn :

  • Aide à la création du compte
  • Le CMN dans son rôle de Community Manager :
    Notion de réseau : le créer et le développer en commençant par prendre contact avec ses ancien.nes camarades de promotion
    Cibler les entreprises qui recrutent
    Poster du contenu régulier
  • Ressources numériques gratuites : Médiathèque Numérique de la Loire

ÉVALUATION DE L’ACTION :

  • Mettre en place une base de données de contacts et de démarches effectuées
  • Voir si son réseau LinkedIn progresse (nombre de personnes et leads)
  • Voir si le nombre de contacts virtuels se transforment en rendez-vous réels augmente. Le nombre d’entretiens…

Catégories
Ingrid Mathieu Non classé

Le Cyber Harcèlement

Le Cyber Harcèlement
Pour répondre au scénario, nous avons envisagé de programmer 2 moments d’échanges différenciés entre les enfants et les parents, partant du principe que la parole et les comportements sont moins inhibés en l’absence de l’adulte. Les 2 moments respecteront le même plan pour faciliter l’échange entre le(s) parent(s) et l’enfant une fois retournés dans le cercle familial.

1. Introduction, contexte :       
Pénélope X, collégienne dans l’établissement a été victime de cyber harcèlement. Avec son accord et celui de ses parents, nous allons revenir toutes et tous ensemble sur le problème du harcèlement.   Cette  jeune fille a envoyé un message privé (photo) sur l’application What’s app à son petit copain qui l’a envoyé à ses contacts sans le consentement de la jeune fille. Ses contacts l’ont à leur tour envoyé dans des groupes de discussion. Et ainsi de suite.

Pour les enfants et les adultes :  

Retour sur la vidéo avec une définition : Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. Le cyber-harcèlement se pratique via les téléphones portables, messageries instantanées, forums, chats, jeux en ligne, courriers électroniques, réseaux sociaux, site de partage de photographies etc. (Définition complète sur le site www.nonauharcelement.education.gouv.fr )

Harcèlement scolaire : comment reconnaître les signes ?De manière générale, il faut être attentif à tout changement de comportement, sans dramatiser, mais sans non plus minimiser les faits. En cas de doute, il est important d’en discuter avec son enfant et l’inciter à se confier.

Voici quelques repères pour les parents :

1 – L’enfant ne veut plus aller à l’école. Le harcèlement scolaire a des conséquences sur la vie quotidienne de l’enfant. « Un élève, qui soudain, n’a plus envie d’aller en classe, ou traîne les pieds, n’est pas un tire-au-flanc« , explique Nora Fraisse dans son guide « Stop au Harcèlement ! » Il faut en effet porter attention à ce mal-être qui peut se caractériser par une difficulté à se lever le matin, un rejet de l’école, l’envie de rester à la maison, la crainte de prendre l’autobus scolaire, des retards ou des demandes d’argent. Votre enfant peut ainsi vous demander de l’accompagner, exceptionnellement, devant la porte de l’école, jusqu’à ce que les grilles s’ouvrent. Ou de venir le chercher à la sortie le soir.

2 – L’enfant est marqué de bleus, son matériel détérioré. Il a beau vous répéter qu’il est tombé sans faire exprès, votre enfant n’est pas à ce point maladroit. Son matériel est régulièrement vandalisé, il vous demande une nouvelle trousse car la sienne a pris l’eau (accidentellement), il perd ses cahiers, son manteau, il rentre à la maison avec des tâches de boues ou des blessures… 

3 – L’enfant est épuisé et présente des troubles. Sa peur de se rendre en classe et d’affronter de nouveau ces élèves qui le maltraitent peut se transformer par des angoisses, des maux de ventre, des pleurs, des énurésies ou des nausées. Il doit constamment rester sur ses gardes, être vigilant à son environnement et cela l’épuise. « Il peut également faire des cauchemars, développer de l’eczéma, perdre ses cheveux, avoir des dérèglements hormonaux, notamment pour les filles (retard de règles par exemple), voire un retard de croissance« , expliquait la psychologue Hélène Romano lors d’une précédente interview. A la maison, il peut aussi paraître absent et soucieux, être agité, se plaindre, avoir une perte d’appétit ou encore devenir irritable et agressif.

4 – L’enfant est isolé. Un enfant victime de harcèlement se retrouve seul face à ses harceleurs. « Il n’est pas invité aux anniversaires de ses petits camarades, et n’a les coordonnées de personne. D’ailleurs, s’il manque un cours et qu’il souhaite le rattraper, il ne saura pas qui contacter », précise Hélène Romano. Il aura tendance à jouer seul et à se mettre en retrait, parfois même à se cacher dans les toilettes ou au CDI pendant la récréation, à manger en vitesse à la cantine pour mieux se réfugier ensuite. Il tâchera d’éviter les endroits fréquentés par ses camarades de classe, et ne voudra pas fêter son anniversaire à la maison.

5 – L’enfant est en échec scolaire. La victime peut aussi avoir des difficultés à se concentrer en classe. L’école, censé être l’endroit où l’enfant se sent protégé devient alors dangereux pour lui. Perturbé par ce qu’il se passe autour de lui, par les mauvaises nuits passées et par sa crainte constante… l’enfant a du mal à rester attentif. Il décroche, et cela se ressent dans ses résultats scolaires. Lorsqu’il est en âge de le faire, il ira jusqu’à sécher les cours, sans avertir personne. En attendant, il tentera d’éviter ses agresseurs en étant systématiquement en retard ou absent.    source : avocotes.com   

COMMENT AGIR?  

Lorsqu’un enfant se trouve dans une situation de harcèlement, il n’ose pas en parler, par honte ou par peur. Pour qu’il reprenne confiance, il est important d’amorcer le dialogue avec lui, d’agir au plus tôt et de s’entourer de personnes compétentes pour vous accompagner.Voici quelques conseils pour aider un enfant en situation de cyberharcèlement:

  • L’écouter pour éviter qu’il culpabilise. Le rassurer pour qu’il comprenne que la situation va cesser et que les adultes sont là pour le protéger.
  • Paramétrer ses comptes pour augmenter leur confidentialité et le protéger davantage. [Voir l’article Prévenir le cyberharcèlement : comment paramétrer ses réseaux sociaux ?]
  • Retirer le harceleur des contacts de l’enfant.
  • Bloquer l’accès du harceleur aux publications de l’enfant. [Voir l’article Prévenir le cyberharcèlement : comment paramétrer ses réseaux sociaux ?]]
  • Signaler le compte du harceleur en alertant le réseau social sur lequel a lieu le cyberharcèlement. [Prévenir le cyberharcèlement : comment paramétrer ses réseaux sociaux ?]
  • Faire des captures d’écran des publications ou des messages de harcèlement. Conserver ces traces  en cas de poursuites judiciaires.
  • Ne pas agir seul. Prendre rendez-vous avec la direction de l’école, du collège ou du lycée représentée par le chef d’établissement, le principal adjoint, le conseiller principal d’éducation ou le professeur principal.
  • Se faire accompagner par un délégué de parent d’élèves, un médiateur ou un assistant social.
  • Vous trouverez d’autres conseils pratiques dans nos vidéos “Parents, parlons-en !” : “Mettre fin au harcèlement” et “Agir contre le cyberharcèlement”.

 > Seul 10% des enfants victimes de cyberharcèlement osent en parler  à leurs parents.  source: internetsanscrainte.fr

QUI EST RESPONSABLE?
Les premiers responsables en cas de harcèlement en ligne sont les auteurs des propos en cause. La responsabilité des intermédiaires relèvent de règles spécifiques. Ces intermédiaires techniques peuvent être

  • les hébergeurs qui stockent des contenus rédigés et réalisés par des tiers (hébergeurs d’un réseau social, d’un forum, d’un jeu en ligne, d’un blog)
  • ou les fournisseurs d’accès offrant une simple connexion au réseau internet.

Un intermédiaire ne sera responsable que :

  • s’il a eu connaissance des messages publiés,
  • et s’il n’a pas agi rapidement pour faire retirer ces messages dès qu’il en a eu connaissance.

Ressources, pour aller plus loin:
https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/ressources/https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/que-faire/quest-ce-que-le-cyberharcelement/


Dossier complet :
https://www.lumni.fr/dossier/harcelement-a-l-ecole
https://www.lumni.fr/video/cyber-harcelement-la-violence-n-a-rien-de-virtuel#containerType=folder&containerSlug=harcelement-a-l-ecole


Pour les parents :  

 https://www.mae.fr/article/outils-prevention/22-07-2017/parents-parlons-en_62.html     

Victime de harcèlement ? Témoin ? Besoin d’aide ?  https://www.netecoute.fr/   

Téléphone : 3020 (Gratuit).